Première étape incontournable de ce road trip en Croatie, la ville de Dubrovnik connue pour son cadre idyllique entre la côte Dalmate avec ses plages naturelles, l’eau turquoise de la mer Adriatique et sa vieille ville chargée d’histoire et ses murailles imposantes.

Aujourd’hui, je vous emmène avec moi à Dubrovnik, alors n’hésitez pas à embarquer ! Ce sera comme si vous y étiez. Je n’y suis resté qu’une seule journée, pas forcément adepte du tourisme de masse, avant de m’envoler pour Zagreb.

Dans un premier temps, je vous présenterais synthétiquement l’histoire de la ville. Après quoi, je vous emmènerais à la découverte de l’ancienne cité.

Si vous êtes plus intéressés par les plages, ne vous inquiétez pas, un article sortira à ce sujet prochainement, en attendant je vous souhaite une bonne lecture !


Un peu d’histoire pour commencer

Autrefois appelée Raguse, la ville a été une ville maritime commerciale importante depuis le début du Moyen-Âge. Ainsi en disposant d’une position géographique très favorable à l’entrée de la mer Adriatique, elle était la porte d’entrée de l’Orient vers l’Occident.

La ville de Raguse fut sous la protection de l’empire byzantin dès 867 et ce jusqu’à la prise de Constantinople en 1204. Puis en 1205, Raguse reconnait la souveraineté vénitienne tout en conservant son autonomie malgré le fait que Venise ait été sa grande rivale depuis des années.

En 1358, le traité de Zadar est signé, à cet instant Raguse passa sous la souveraineté de la Hongrie et la République de Raguse. Raguse devint alors une ville-état gouvernée par un recteur élu chaque mois qui résidait dans le Palais du Recteur. Puis la République de Raguse passa sous la tutelle de l’empire Ottoman. Ce n’est qu’en 1808, lorsque Raguse rejoignit le Royaume d’Italie que la République de Raguse cessa alors d’exister.

En 1815, Raguse rejoint l’empire Autrichien qui deviendra par la suite l’Autriche-Hongrie. Avec la chute de l’Autriche-Hongrie en 1918, la ville abandonna son nom italien pour prendre celui de Dubrovnik en rejoignant la Yougoslavie.

Bâtiment partiellement détruit
Dubrovnik marquée par la guerre

Enfin, en 1991, la ville subit un important siège pendant la guerre de Yougoslavie. La ville a été attaquée et lourdement bombardée. L’ancienne cité porte encore de nos jours les marques de cette attaque.

Pour aller plus loin

Pour aller plus loin, je vous recommande de vous renseigner sur le commerce à l’époque médiévale. Egalement, l’histoire contemporaine est intéressante.

La vieille ville

En débarquant à la vieille ville, c’est certainement nez à nez avec l’imposante porte Pile que vous vous retrouverez. En particulier si vous venez en bus de ville, c’est ici que se trouve le terminus.

Porte fortifiée Pile
Porte Pile, Dubrovnik

Remparts

Une fois à l’intérieur de la cité vous aurez la possibilité de parcourir les quelques 2 km de muraille qui protégeaient autrefois Raguse.

Pour visiter les remparts, j’ai 2 conseils rien que pour vous. Tout d’abord, le soleil tape fort pendant l’été alors pensez à y aller plutôt le matin ou en fin de journée et avec de quoi vous rafraichir. Aussi, l’entrée est assez chère, alors n’hésitez pas à vous renseigner avant sur la Dubrovnik Card.


Rue Stradun

La rue Stradun est la rue principale de la ville. En effet, elle traverse l’ancienne cité sur près de 300 mètres, partant de la fontaine d’Onofrio et allant jusqu’au vieux port.

Rue principale de la vieille ville de Dubrovnik
Rue Stradun, Dubrovnik

Le vieux port

A l’extrémité de la rue Stradun, se trouve le vieux port. L’endroit est idéal pour une courte promenade sur la jetée bordée d’eau cristalline.

Vieux port de Dubrovnik
Vieux port de Dubrovnik
Glaces de différents parfums dans des bacs
Une glace à 2 pas du vieux port de Dubrovnik

Si vous passez dans le coin, n’hésitez pas à faire un tour chez le glacier qui m’a été recommandé par mon hôte. Vous ne pourrez pas vous tromper, il y en a qu’un seul !

Les glaces sont à la fois gourmandes, généreuses et crémeuses à souhait !

Lampe à huile
Lampe à huile, Palais du Recteur

Palais du Recteur

Haut-lieu de la République de Raguse (1358 – 1808), c’est ici que résidait le Recteur pendant son court mandat d’un mois. Il y a également une prison sur place, et une cellule – il me semble, est ouverte, idéal pour faire une pause s’il fait trop chaud.

Bistro Tavulin

Pour manger à Dubrovnik, je vous recommande le Bistro Tavulin. Le restaurant propose une carte avec des plats bistro et d’autres plus raffinés, il a d’ailleurs été primé à plusieurs reprises par le guide Michelin pour le menu « Dubrovnik Dinner ». Vous pouvez y aller les yeux fermés, l’expérience est top et le rapport qualité / prix est excellent.

Pour ma part, n’étant resté qu’une seule journée, j’ai opté pour un burger avec du boeuf, du bacon, des tomates, du chou rouge, des pickles accompagné des frites maisons. En désert, la spécialité de la maison est la « Crème Dubrovnik ».

Eglise Saint-Blaise

Saint-Blaise, saint patron de la ville y a sans grande surprise son église. L’église a été construite pendant la première moitié du XVIIe siècle, dans un style baroque.

Eglise de la Sainte Annonciation

Je ne pourrais pas vous dire grand chose sur cette église, elle était fermée lors de mon passage.

Façade d'une église orthodoxe
Eglise de la Sainte Annonciation, Dubrovnik

Monastère franciscain

Situé à côté de la fontaine d’Onofrio, vous pouvez visiter le monastère franciscain avec son cloître, son église – actuellement en travaux, et une salle où sont exposés des objets relgieux.

Musées

Il y a quelques musées à Dubrovnik, principalement situés dans la vieille ville. Il y a certaines choses intéressantes, néanmoins j’ai trouvé cela dommage que tout ne soit pas systématiquement traduit même en anglais.

Le seul musée qui a réellement retenu mon attention est le musée maritime présenté juste en-dessous. Il y avait également des musées sur l’art que j’ai trouvé intéressants.

Musée maritime

Caraque Ragusienne
Reproduction d’une caraque Ragusienne de 1500, Musée Maritime, Dubrovnik

Situé dans le Fort Saint-Jean sur le vieux port, le musée retrace l’histoire maritime de la ville de Dubrovnik.

Tout d’abord à son apogée, on y apprend notamment plus sur le commerce à l’époque. En particulier sur les marchandises transportées et les routes maritimes pratiquées, l’organisation du commerce. Egalement, il est possible d’apprendre comment, où, avec quel matériaux et quels outils étaient fabriqués les caraques Ragusiennes.

Ancienne carte maritime
Carte maritime du Sud de la Dalmatie, Musée Maritime, Dubrovnik

A l’étage du musée, il y a aussi une collection plus contemporaines sur les bateaux à vapeurs avec des maquettes et des instruments marins.


Sources

  • Musée maritime de Dubrovnik (Ul. kneza Damjana Jude 12, 20000, Dubrovnik, Croatie)
  • Pages Wikipédia sur Dubrovnik et la République de Raguse consultées en septembre 2020

À propos de l'auteur

toulouseflyer

Blogueur

Passionné d'aviation et de voyages, j'aime partager mes aventures sur ce blog !

Voir tous les articles