Plan de vol

Vol de nuit en classe économique entre Paris (CDG) et Dubaï (DXB), opéré par Air France en Boeing 787-9.

Aéroport de Paris Roissy-CDG

Correspondance du terminal 2F vers 2E, hall L

En arrivant de Toulouse, je débarque au terminal 2F pour ma correspondance à CDG. Pour prendre mon vol vers Dubaï, je me dirige vers le terminal 2E, hall L.

Pour cela, je suis les panneaux jusqu’à arriver à l’extrémité du terminal 2F. Au passage de la frontière, j’ai la mauvaise surprise de m’engager dans la file des PARAFE qui était pourtant clairement indiquée ouverte, et qui s’avère être fermée… Bref, je rebrousse mon chemin après avoir perdu mon temps.

Salon Air France au terminal 2E, hall L

Pour mon premier vol long-courrier avec Air France, je suis content de partir du hall L où se trouve le salon amiral de la compagnie.

L’accueil au salon est chaleureux malgré l’heure tardive, l’agente me donne également des informations actualisées sur l’embarquement (porte, heure estimée) car ma correspondance est assez courte ce soir.

Dîner au salon

Je profite de mon passage au salon pour dîner avant d’embarquer, je m’installe donc à une table près de la zone de restauration.

Installation au salon
Installation au salon
Entrées

Un buffet d’entrées froides est proposé, l’offre est similaire à celle du terminal 2F.

Buffet d'entrées
Buffet d’entrées
Plat chaud

Il y a également une sélection de plats chauds avec 2 viandes et 2 accompagnements.

J’opte pour le boulgour à la tomate et la blanquette de veau et pour accompagner cela, un peu de vin rouge.

Vin rouge
Vin rouge
Gâteau & Champagne

Pour le dessert, il n’y a pas beaucoup d’options sur le buffet.

Je me laisse tenter par une tarte aux noix accompagnée d’une coupe de Champagne.

Embarquement

Je rejoins la porte d’embarquement L45 à 22h55 où l’embarquement des passagers en SkyPriority a commencé.

Des agents vérifient les documents nécessaires pour le voyage, comme les miens ont déjà été contrôlés à Toulouse ma carte d’embarquement porte la mention Ready2Fly.

Embarquement en porte L45
Embarquement en porte L45

Pour les passagers des zones 1 et 2, l’embarquement se poursuit par la première passerelle qui se situe à l’avant de la classe affaires.

Embarquement par la première passerelle
Embarquement par la première passerelle

Après être passé par la classe affaires et la premium, je découvre la cabine économique. Un coussin et une couverture ont étés disposés sur les sièges pour ce vol de nuit.

Un casque est également disposé là, en revanche je ne recommande pas du tout son utilisation il couve très mal les oreilles et donc avec le bruit environnant on entend très mal. Je recommande d’utiliser plutôt des écouteurs, d’autant que l’on peut connecter une prise jack standard sur l’IFE.

Casque
Casque

Une fois assis, les premières impressions sont assez mitigées. D’une part, l’assise a l’air plutôt confortable. D’autre part, l’espace pour les jambes est très limité, à tel point que je peux à peine passer ma main entre mes genoux et le siège de devant.

Pour ne rien arranger, le voisin de devant inclinera son siège au maximum dès l’embarquement… s’il le relèvera pour le décollage, dès que les roues auront quitté le sol, il l’inclinera à nouveau.

Espace très limité pour les jambes
Espace très limité pour les jambes

Pendant que l’embarquement se poursuit, je remarque qu’il y a de l’eau condensée ou du givre sur l’aile. Je pensais qu’on aurait le droit à un dégivrage mais ça ne sera pas le cas.

Vue sur l'aile pendant l'embarquement
Vue sur l’aile pendant l’embarquement

L’embarquement se termine vers 23h40, il aura duré près d’une heure pendant laquelle la température sera bien montée à bord, ainsi il fait 24-25°C à l’intérieur, c’est chaud.

Cabine à la fin de l'embarquement
Cabine à la fin de l’embarquement

Le vol Paris CDG – Dubaï

Départ de Paris

Le repoussage commence à 23h50, pendant ce temps les consignes de sécurité sont diffusées sur les écrans.

Puis, l’éclairage de la cabine est réduit en préparation du décollage tandis que des consignes sanitaires sont diffusées sur les écrans.

Cabine préparée pour le décollage
Cabine préparée pour le décollage

Après un roulage assez court, nous nous élançons à pleine vitesse sur la piste de décollage à 0h03. A ce moment, je suis un peu surpris par moteur qui est plutôt bruyant pour un avion de nouvelle génération.

Début du vol

La cabine est rallumée 10 minutes après le décollage, et rapidement l’odeur du repas qui se prépare commence à se diffuser dans la cabine.

Cabine après le décollage
Cabine après le décollage

Pendant la montée, un kit sanitaire et une lingette rafraichissante sont distribués aux passagers.

Dîner à bord

A 0h40, une hôtesse vient à moi pour m’apporter un plateau un peu particulier. En effet, j’ai demandé un repas spécial (hindou), à l’avance. L’avantage c’est que le repas est différent (souvent meilleur) et que je suis servi en premier.

Je profite de cette occasion pour me renseigner sur les boissons, il faudra que j’attende le service normal pour commander les boissons, dommage !

Plateau repas spécial hindou
Plateau repas spécial hindou

Entrée

Entrée

L’entrée ressemble à une salade de concombre. Ce n’est pas mauvais, en revanche cela manque cruellement d’assaisonnement.

Plat chaud

Le plat chaud est assez intriguant, je ne sais pas trop ce que c’est.

Il y a 2 rondelles qui ressemble à une sorte de pain et en dessous du riz avec une sauce qui s’avère être très épicée.

Boissons

Les boissons me sont proposées après le plat chaud, je prendrais de l’eau pétillante, servie avec citron & glaçons, et une coupe de Champagne.

Champagne & eau pétillante servis à bord
Champagne & eau pétillante

Desserts

Je finis ce repas assez moyen sur une note plutôt positive avec une semoule au lait à la fleur d’oranger et un yaourt.

Nuit dans l’avion

Avant d’entamer ma nuit dans l’avion, je passe aux toilettes, j’en profite pour me changer pour la nuit.

Toilettes
Toilettes

N’ayant pas de voisins, je peux utiliser les 3 sièges pour m’allonger.

Comme j’ai du mal à trouver le sommeil, je décide de passer au bar à l’arrière de la cabine. Je croise des hôtesses qui papotent mais elles ne m’adresseront pas la parole, dommage.

Bar à l'arrière de la cabine
Bar à l’arrière de la cabine

Lorsque je retourne à ma place, la cabine est bien endormie.

Cabine endormie
Cabine endormie

Puis, je me rend compte que les hublots ne semblent pas assombris et qu’ils sont bloqués dans cette position. A ce moment, je ne m’inquiète pas en pensant que l’équipage s’occupera des hublots avant qu’il ne fasse jour.

Hublot bloqué en position ouverte
Hublot bloqué en position ouverte

Réveil forcé

Mal m’en aura pris, puisqu’environ 1h45 avant l’arrivé, pendant que nous survolons l’Irak, toute la cabine est réveillée à cause de l’assombrissement des hublots bloqué.

Le réveil est brutal et très désagréable, d’autant que cela aurait pu être évité sur un avion aussi moderne que le Boeing 787.

L’équipage mettra plus de 15 minutes pour réagir, c’est vraiment regrettable.

Assombrissement des hublots
Assombrissement des hublots

Petit-déjeuner

Après ce fâcheux évènement, le petit-déjeuner commence à être servi au-dessus de la Mer du Golfe à environ 1 heure de l’arrivée.

Petit-déjeuner servi au-dessus de la mer du Golfe
Petit-déjeuner servi au-dessus de la mer du Golfe

Comme j’avais demandé un repas spécial (hindou), le petit-déjeuner m’est apporté par un hôtesse avant le service. J’essaye d’entamer la conversation avec l’hôtesse, mais cela se limitera à « c’est votre repas spécial, c’est votre repas spécial ».

Petit-déjeuner
Petit-déjeuner

Le contenu du sac est le suivant : pain viennois, beurre, confiture, compotée de fruits, brique de jus d’orange. Pour accompagner cela, j’opte pour un café.

Arrivée à Dubaï

A mon grand regret, l’approche se fait au-dessus du désert, je ne pourrais donc pas voir la ville à ce moment.

Finalement, nous atterrissons à Dubaï avec quelques minutes d’avance sur l’horaire prévu malgré un léger retard au départ.

Pas de doutes, nous sommes bien à Dubaï comme l’atteste les nombreux avions de la compagnie locale Emirates.

Débarquement

A peine arrivé, les premiers passagers se lèvent malgré que les portes ne sont pas encore ouvertes.

Débarquement
Débarquement

En débarquant, je jette un dernier regard sur l’appareil qui m’a emmené jusque-là.

Boeing 787-9 d'Air France
Boeing 787-9 d’Air France

Aéroport de Dubaï

Une fois dans le terminal, le parcours est bien indiqué jusqu’à la navette pour rejoindre les arrivées. Avant d’emprunter la navette, il y a un contrôle des pass sanitaires car à l’époque il était nécessaire d’avoir un test PCR de moins de 72h.

Surprise, juste avant de récupérer les bagages, un prélèvement pour un test antigénique / PCR est effectué. En revanche, je ne recevrais jamais le résultat ni par SMS ni par e-mail.

Dépistage Covid-19 à l'arrivée
Dépistage Covid-19 à l’arrivée

Après les formalités, lorsque j’arrive à la ceinture à bagages, la livraison est déjà terminée. Je récupère alors ma valise et me dirige vers la sortie.

Récupération des bagages
Récupération des bagages

Finalement, je me dirige vers la station de métro du terminal 1 pour rejoindre l’hôtel avant de me rendre à l’exposition universelle de Dubaï, une des raisons de ma venue.

Sortie de l'aéroport vers le métro
Sortie de l’aéroport vers le métro

Après un rapide passage à l’hôtel, je file directement à l’exposition universelle où je pourrais profiter d’une bonne partie de la journée grâce au vol de nuit.

Exposition universelle de DubaÏ
Exposition universelle de DubaÏ

Avis sur le vol

Air France Paris (CDG) Dubai (DXB)
Confort : 2 Accès : Accès : 8
Restauration : 5 Enregistrement : Livraison : 10
Équipage : 3 Efficacité : 3 Efficacité : 7
Services : 8 Services : 8 Services : 8
Moyenne : 4,50 Moyenne : 5,50 Moyenne : 8,25

Conclusion

Une expérience passager détestable à bord d’Air France entre Paris CDG et Dubaï entre une nuit compliquée à bord, un équipage à côté de la plaque et un service pas très convaincant.

Les plus :

  • Passage au salon avant le vol
  • Assise plutôt confortable
  • Tarif promotionnel imbattable
  • Bagage offert avec la carte de fidélité

Les moins :

  • Parcours à CDG inutilement compliqué (PARAFE indiqué ouvert mais en réalité fermé)
  • Embarquement assez long, dans la chaleur et sans climatisation
  • Espace pour les jambes très limité
  • Horaire tardif
  • Equipage lunatique

À propos de l'auteur

toulouseflyer

Blogueur

Passionné d'aviation et de voyages, j'aime partager mes aventures sur ce blog !

Voir tous les articles